En chemin vers Moissac – Extrait

Vers MoissacIl faut que je m’arrête pour masser ma cheville. Je laisse filer mon partenaire : même s’il ne parle pas un mot de français ni d’anglais il aurait fait un bon compagnon de route, il avait un bon pas, sans forcer, un vrai marcheur. Il reste vingt-cinq kilomètres à faire : ça n’est pas gagné.

En route, dans un instant de découragement, j’envisage de m’arrêter à l’hôtel-restaurant Aube Nouvelle qui est signalé par mon guide comme étant sur le Chemin. Pendant une heure j’en rêve. Je l’attends. C’est devenu mon but. Arrivé à son niveau j’hésite. Il est isolé, loin de tout, sans doute très calme mais si j’ai besoin de soins comment faire ? Je décide de continuer, un petit massage et je repars clopin-clopant. Ma moyenne n’arrête pas de baisser. En route je croise l’Allemand qui fait une petite pause. Tout compte fait je ne suis peut-être pas si lent que ça.

Le paysage est comme ce matin avec le soleil en plus ; des montées et des descentes pas très longues mais raides et de grandes portions plates surtout sur du goudron qui chauffe les pieds. Je ne suis pas fatigué mais cette douleur permanente à la jambe est pénible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *